COMMENT DES TROUBLES FONCTIONNELS

PEUVENT-ILS PERTURBER LA CROISSANCE ET LE

DÉVELOPPEMENT DES MAXILLAIRES VOIRE DU

CRÂNE TOUT ENTIER?

Premièrement, il nous paraît évident que l'alimentation moderne

c'est-à-dire une alimentation molle, attendrie voir

semi-liquide empêche une croissance adéquate par l'atrophie

musculaire masticatoire qui en résulte.

Il est a noté que vers l'âge de 1,5 ans c'est à dire avec l'éruption

des molaires de lait, il apparaît des mouvements de mâchonnements

puis, par un rodage progressif, un

développement des premiers mouvements masticatoires.

La mastication ne consiste pas uniquement en des mouvements

verticaux de la mandibule (abaissement et élévation)

car cela ne produirait que des contacts ponctuels entre les

dents antagonistes. Les mouvements masticatoires sont

beaucoup plus complexes, sous forme de boucles décrivant

un cycle masticateur utilisant les 3 plans de l’espace. De plus,

une mastication normale est une mastication unilatérale alternée

c'est à dire d'un seul côté à la fois, à gauche ou à

droite. Une fonction symétrique permettra donc un développement

symétrique.

Face à des aliments durs et fibreux, les muscles vont devoir

développer des forces plus importantes et le cycle masticatoire

va devoir s'adapter en effectuant des mouvements plus

larges de diduction pour permettre le broyage des aliments

(usure dentaire). Il en résultera une stimulation osseuse de

type transversal (suture palatine et périoste). Par ce développement

fonctionnel, la face de l’enfant présente outre une

musculature puissante, un squelette robuste avec une face

large mais courte de type facial et une mandibule « carrée ».

Face à des aliments mous voire liquides, les mouvements seront

principalement verticaux avec un cycle masticatoire plutôt

étroit (peu d'usure dentaire). Le travail musculaire sera

faible avec peu de sollicitations au niveau des sutures et périostes,

ce qui entraînera peu de croissance osseuse transversale.

Par ce développement afonctionnel, la face de

l’enfant présente une musculature faible, une face étroite et

longue en hauteur.

Des études expérimentales sur des rats ont montré l'importance

de la fonction masticatoire sur la croissance des maxillaires.

L'étude portait sur deux groupes de rats: l'un recevant

des aliments durs et l'autre groupe une alimentation molle.

L'étude a permis d'observer sur des coupes histologiques de

la partie inférieure des sutures prémaxillaires que les rats

sous alimentation solide présentaient un élargissement

transversal de la suture avec de très nombreuses mitoses témoignant

de la réponse active de la suture lorsqu'elle est

mise sous tension. Dans l'autre groupe, on a pu observer une

suture étroite, fine et peu active au niveau des mitoses

presque en voie de synostose. Or c'est cette croissance transversale

qui permet un développement dentaire harmonieux,

les dents définitives étant plus larges que les dents de lait.

L’insuffisance de la musculature maxillo-faciale favorise malheureusement

le syndrome de mastication unilatérale dominant

puisqu’il perturbe le développement des structures

osseuses et alvéolaires d’un appareil manducateur à l’origine

normal. Il va s’en dire qu’il y a aussi d’autres causes qui

peuvent se surajouter dans l’apparition d’un syndrome de

mastication unilatérale dominant. Ce dernier peut être d’originecongénitale,

structurale (lié à une anomalie morphologique)

et acquise comme nous venons de le signaler par le

manque de stimulation musculaire. La mastication unilatérale

d’origine acquise peut aussi être causée par un dysfonctionnement

neuro-musculaire ou par des troubles dentaires

(malocclusion, extractions et pathologies dentaires).

 

Retour à l'accueil