PAR QUEL MÉCANISME UNE PULSION LINGUALE

PEUT DEVENIR PERSISTANTE ?

 

                                         

 

Pour comprendre ce phénomène, il nous faut parler de la déglutition,

une fonction essentielle qui s’effectue plus ou

moins 2000 fois par jour.

Paradoxalement, il existe deux types de déglutition, la déglutition

viscérale dite primaire et la déglutition somatique dite

secondaire.

La déglutition primaire se passe dans la plus tendre enfance

quand il n'y a pas encore de dents en bouche. La déglutition

se fait donc par interposition de la langue entre les mâchoires

(pulsion lingual) et par contractions des muscles

péri-buccaux.

Ensuite dés l'éruption des dents temporaires, la déglutition

devient secondaire. Il n'y a plus d'interposition linguale entre

les arcades mais bien un contact de la langue avec le palais,

des contacts dentaires, une contraction minimale des lèvres

et pas de contraction des muscles faciaux.

Une déglutition primaire peut se prolonger par habitude,

notamment par le port prolongé d'une tétine ou sucette classique,

du pouce, ainsi que de tous corps étrangers (peluche,...)

mis en bouche de façon prolongée. Ces mauvaises

habitudes empêchent le développement de la maturation psychomotrice,

allant de la déglutition infantile vers une déglutition

secondaire dite adulte.

Dans une moindre mesure, la pulsion linguale peut aussi être

liée à des facteurs endogènes et/ou héréditaires (exemple:

amygdales hypertrophiées poussant la langue vers l'avant) et

à une adaptation (perte d'une dent entraînant un réflexe lingual

pour fermer la brèche et éviter une perte de la salive et

du bol alimentaire pendant la déglutition par exemple).

 

Retour à l'accueil